Le Blog des habitants de St Marcel lès Valence
et des territoires environnants

Samedi dernier, sur les traces de la mémoire de quelques sites de la commune

Samedi dernier après-midi,  le Service Ville d'Art et d'Histoire proposait un parcours sur les traces de la mémoire de notre village.
Une guide a commenté à un groupe d'une bonne vingtaine de St Marcellois et d'habitants de communes voisines les monuments ci-après :
1re halte : le mémorial du square du souvenir français (un article bien documenté peut être consulté dans le blog dans la rubrique "Patrimoine et Paysage" sous l'intitulé "il y a 70 ans, St Marcel vivait une quinzaine tragique").
2e halte : le monument aux morts, sculpté par Nicole Algan née en 1925 à Epinal et morte (suicide) le 29 mai 1986 à Romans. Ce monument représente des mains (éléments noirs représentant la mort, éléments blancs représentant la vie).
3e halte : devant le cimetière, la vierge du vœu sculptée par l'italien Duilio Donzelli
4e halte : dans le cimetière, à l'entrée, monument de la croix de mission destinée à restaurer la pratique religieuse, les fidèles venaient y faire des prières. Arrêts devant quelques autres tombes anciennes.
Ces visites donnent l'envie de questionner les anciens ou les archives pour en savoir plus sur ces périodes passées de notre histoire.
Chantal


Note complémentaire : Erigé en 1968, le monument aux morts de Saint-Marcel ne ressemble à aucun autre. Difficile d’en comprendre spontanément la signification voulue par sa créatrice, Nicole Algan. Vélina Peyrot, alors qu'elle était élève en 3ème, a cherché à en retrouver l’histoire.
Formes géométriques puissantes tournées vers le ciel, les deux blocs de béton (au total 3 mètres de haut et 5 de large) ont été réalisés en béton bouchardé de deux couleurs différentes, gris et blanc : négatif et positif, la vie et la mort, l’homme et la femme, le oui et le non. Erigés vers le haut, ces éléments symbolisent des mains tournées vers le ciel, évoquant l’espoir gardé, les bras qu’on refuse de baisser, les villageois face à l’occupant. Entre les deux grandes pierres de béton, une borne grise évoque l’espoir, elle porte l’épigraphe du poète Pierre Emmanuel « Cependant les vrais morts se taisent, leur silence est la respiration tranquille de l’avenir », sorte d’invitation au silence, d’appel à la vie et à la liberté sur cet espace tranquille.
 La sculpture de Niole Algan a été réalisée par l’artisan Gilbert Blache


Samedi dernier, sur les traces de la mémoire de quelques sites de la commune Samedi dernier,  sur les traces de la mémoire de quelques sites de la commune Reviewed by Coubert on mardi, novembre 10, 2015 Rating: 5

Aucun commentaire:

Pour publier votre commentaire:

Écrire le texte du commentaire
Dans la rubrique "Sélectionner le", cliquer sur "Nom/URL"
(ne pas utiliser les autres rubriques, votre commentaire ne serait pas lu).
Dans la case "Nom", saisir votre NOM ou votre PSEUDO (ne pas utiliser la case URL)
cliquer sur le bouton "Continuer"
Cliquer sur "Publier".
Merci. Votre commentaire sera publié après modération.

Javascript de traduction

Fourni par Blogger.