Le Blog des habitants de Saint Marcel-lès-Valence
et des territoires environnants

Conseil Municipal du 5 mars 2009 : on reparle des antennes relais


Conseil Municipal du 5 mars 2009 :
Pylône RTE : signature d’un bail avec Orange France
Vote pour : 20
Abstentions : 4

Approbation de l’installation d’un pylône RTE quartier Caillat,
moyennant le versement d’une redevance par Orange de 2 400 € annuels.
Conseil Municipal du 5 mars 2009 : on reparle des antennes relais Conseil Municipal du 5 mars 2009 : on reparle des antennes relais Reviewed by Coubert on mardi, juin 30, 2009 Rating: 5

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Bon. Alors ces antennes ?

Sont-elles là pour nous accompagner dans le monde moderne ou nous éliminer à court terme ?
Voilà que, brutalement conscients d’avoir un environnement, nous nous demandons s’il est ennemi ou ami. Doit-on le maltraiter ou le bichonner ? Moi, personnellement, déjà vieux machin déformé par 40 ans de contrôle qualité, je n’ose plus me poser la question. Je constate le défaut sans trop en avoir le remède.
Nous avons aujourd’hui les antennes téléphone. Émettent-elles ou n’émettent-elles pas d’ondes influentes ou pas ? à quelle distance ?

Lorsque j’étais encore étudiant, je préparais l’école supérieure d’électricité et j’avais reçu des notions d’électromagnétisme : les trois doigts dans les trois directions : champ, chemin, courant, la base des courants de Foucault (physicien français 1819-1868), les courants induits dans chaque conducteur transportant de l’électricité. Cette loi est applicable partout autour de nous. Avec une intensité encore plus forte sous les lignes haute tension ! Alors, vous qui avez choisi de construire votre jolie maison juste sous les pylônes, ne vous posez plus la question de la nocivité éventuelle de ces fichues antennes, c’est de la plaisanterie à côté de votre cadre de vie !
Et vous avez, nous avons, 4 ou 5000 satellites qui tournent sur vos têtes en relayant les images de vos soirées TV. Émissions librement reçues par vos paraboles, librement installées sur votre toit ou votre balcon. Bombardement électronique que vous vous infligez en mangeant, dans votre fauteuil ou dans votre lit. Et encore, ces satellites qui tournent ne sont pas toujours présents au-dessus de vos têtes, il y a combien de géostationnaires qui vous arrosent en permanence ?!

Revenons à nos moutons. J’ai dévié quelque peu de la téléphonie portable.
Si nos ancêtres ont bien vécu sans, force nous est de constater que nous ne pouvons (ou ne voulons) plus nous en passer. Dites-moi, que deviendrions-nous si, demain, nous n’avions plus le confort d’avoir des nouvelles du petit dernier en conduisant sur la file de gauche, si nous n’avions plus le conseil éclairé de mémère pour le choix au supermarché entre deux boîtes de petits pois ou, raffinement extrême, si nous n’avions plus, au restaurant, la possibilité d’entendre autour de nous les sonneries de ces merveilles techniques (la cavalerie légère, requiem pour l’infante défunte, le p’tit quinquin …), les çonneries de nos voisins VIP ? Hein ? Dites-moi ? Que deviendrions-nous ? Ah, si j’osais, je pleurerais le bon vieux téléphone arabe ! Mais chut, nous sommes déjà suffisamment ennuyés par le téléphone made in Taiwan.
Je constate que nous sommes, par innocence, un peu déphasés par nos courants (triphasés ou pas), mais qui sont en continu autour de nous. Et encore, je ne vous ai pas parlé de l’électricité dite statique. Quand vous ôtez un vêtement qui « craque », que vous prenez une décharge en fermant la portière de votre voiture … Tout cela c’est de l’électricité qui vous fatigue et vous mine sournoisement.

Il me faut conclure. Aujourd’hui, les esprits sont tournés vers ces putains d’antennes, il faut, sous le principe de précaution, faire vite quelque chose. La maman du petit qui va à l’école distante de 87 mètres de la nouvelle antenne a son avis sur la question. Mais que disent les milieux autorisés et compétents ? Qui a raison, cette maman et son micro-ondes sous son nez ou les spécialistes et leurs diplômes d’apprentis sorciers ?
À méditer : Depuis 1927, un article de presse scientifique (il est lisible à la bibliothèque de l’APAVE à Paris), recommandait de ne pas employer l’amiante connu déjà pour être cancérigène. On en a mis partout et il a fallu, toutes affaires cessantes, 50 ans après, psychose, désamianter. Aujourd’hui, tout le monde veut son portable, se le coller à l’oreille et personne ne veut les outils pour le faire fonctionner ! À Saint Marcel également.
Je ne veux pas hurler avec les loups mais alors, antennes ou pas antennes ?

Pierre Baduel

Fourni par Blogger.