Le Blog des habitants de Saint Marcel-lès-Valence
et des territoires environnants

L'esprit d'une révolte

Nous vivons un moment qui est une révolte. Evoquer cet événement national serait-il incongru pour notre "petit" blog, alors qu'il s'est donné pour champ d'expression les limites visibles depuis notre clocher? Autrement dit, n'y a t-il pas, au plan local, matière à réflexion et commentaires, venant en prolongement de la crise qui agite et interroge notre pays?

Les germes de la révolte:
Pour une part, les contestataires dénoncent un déni de démocratie. Principalement, il s'agit d'une crise de la représentativité d'une démocratie qui place depuis des décennies aux leviers de nos politiques économiques, fiscales et sociales, des personnes et des idéologies qui ont perdu la réalité de la vie du plus grand nombre. Les conséquences ont été redoutables. Sont dénoncés les fractures créées dans le corps social, un fort sentiment d'exclusion qui oppose les pauvres aux riches, les territoires ruraux et urbains...
Quel a été ce déclencheur? Une évolution, une amplification des inégalités que nos responsables ne semblent pas vouloir ralentir et arrêter. Un élastique qui a été trop tiré. Un fort sentiment d'injustice s'amplifie, au moment même ou une solidarité sans faille est la condition de la mise en œuvre d'une politique réussie de transition écologique. Pas d'effort et encore moins de sacrifices, ne peuvent être exigés de tous, sans justice et équité. C'est la condition de l'acceptation sociale du plus grand nombre, pour réaliser ces grands changements nationaux et planétaires.
Mais qu'en est-il au plan local?

Les principes démocratiques appliqués au niveau local:
Le sentiment largement partagé par les citoyens, est que c'est au niveau local, au niveau de la commune, que l'esprit de démocratie est le mieux vécu. Nos édiles y sont connus et reconnus. Leur action est souvent soutenue par l'intérêt général et non par les idéologies des grands partis. Cela se vérifie surtout dans les petites communes où la solidarité est la valeur essentielle pour se forger un avenir commun. Il est vrai que cette proximité du citoyen avec ses représentants peut aussi nuire à l'expression de la critique. Mais lorsque l'équipe municipale joue le jeu, les citoyens peuvent s'exprimer et leur avis pris en compte. Si cela n'est pas vrai à St Marcel, des éléments de démocratie participative sont de plus en plus expérimentés au sein des communes (1).
Est-ce que pour autant, on peut dire que ces nouvelles pratiques démocratiques sont l'avenir qui placeront le citoyen au centre des politiques locales? Rien n'est moins sûr.

Le déni de démocratie de l'intercommunalité:
Nous assistons en effet à l'échelle de nos territoires à une lutte entre deux forces.
La première est celle que nous venons de décrire. Elle donne une place prépondérante à l'intelligence et à la responsabilité du citoyen. Il devient capable de faire émerger sa volonté individuelle, au sein d'un collectif fédérateur qui sera le bras armé de la construction de ses projets.
La deuxième force est celle d'un pouvoir jacobin centralisateur, qui de tout temps, se défie des initiatives locales. La mise en place récente des Agglomérations en est l'illustration. Cette structure est justifiée par la volonté de rendre les politiques locales plus cohérentes et plus efficaces, quand bien même des organisations intercommunautaires avaient depuis longtemps été mises en place pour répondre à cette exigence. Le "pragmatisme" a justifié leur création au nom de l'efficacité et de la rationalité. Mais en même temps, les règles de gouvernance que le pouvoir centralisateur leur a attribuées, interdisent aux habitants de s'en mêler (2)
Les Agglomérations vident inexorablement les communes de leurs compétences et privent en même temps le citoyen de tout contrôle. Les exécutifs sont irresponsables politiquement devant le citoyen qui ne les a pas élus. Pas de campagne préélectorale, pas de bilan devant le citoyen écarté et à peine informé. Les conséquences sont destructrices pour la démocratie. Les grandes problématiques de nos territoires sont réglées par l'Agglomération en l'absence du citoyen, qui lui, pourrait agir au niveau d'une commune, mais se trouve face à une coquille vide. S'il va voter aux prochaines municipales, pour quels enjeux le fera-t-il?

Le débat annoncé: un test pour notre commune?
Au plan national, il est prévu une vaste consultation et un débat, afin que les citoyens puissent exprimer et faire remonter leurs avis. Bien que les modalités n'en soient pas encore connues, le Président de la République a précisé que cette expression se ferait au niveau des communes. Certaines équipes municipales, notamment celles de communes rurales, ont déjà mis en place des outils de démocratie participative et elles sont de plus en plus nombreuses. Les habitants de ces communes ont déjà une "pratique" qui leur permettra de faire émerger plus facilement leurs souhaits. Qu'en sera-t-il pour l'habitant de Saint Marcel-lès-Valence, tenu à l'écart de la construction des projets, jamais sollicité pour s'inclure dans une réflexion sur l'avenir de la commune? Quelle initiative forte sera prise par nos élus pour conduire ce processus?

AP


(2) Rappel en quelques chiffres des enjeux avec l'exemple de l'Agglomération de Valence-Romans:
56 communes (dont 7 de plus de 5000 habitants) représentant 214 500 habitants (soit 42% de la population du département).http://www.valenceromansagglo.fr/fr/index.html
Un exécutif comprenant un Président, 15 vice-présidents et 12 délégués.
L'assemblée (conseil communautaire) de 259 conseillers où les grandes villes sont surreprésentées (27 pour Valence, 15 pour Romans, 2 pour St Marcel-lès-Valence). Les conseillers représentant les communes sont désignés par le maire parmi l'équipe municipale nouvellement élue.
Compétences de l'agglomération: développement économique (ZAC), assainissement, gestion des déchets, transports, habitat (PLH) éclairage public, réseau des médiathèques, pôles culturels importants, piscines, patinoires, petite enfance.
A partir de 2020 l'urbanisme deviendra une compétence de l'agglomération.


L'esprit d'une révolte L'esprit d'une révolte Reviewed by Alain Panaye on lundi, décembre 17, 2018 Rating: 5

1 commentaire:

Micel a dit…

Il semble que nos autorités ST marceloises n’aient pas jugé bon de mettre en place « un cahier de doléance » comme ceux qui le sont dans d’autres mairies.  Ces documents pourraient dit-on servir de base à ce que certains citoyens (ex ou actuels gilets jaunes ou responsables politiques) appellent une « mise à plat » de souhaits ou de revendications exprimées depuis longtemps et très visiblement au cours des manifestations de ces derniers jours.
               Cette expression populaire dont la maitrise n’était pas encore enseignée à l’ENA ni à Sciences po va-t-elle s’acheminer vers un référendum ?
De la base au sommet la « démocratie participative » troublera-t-elle une classe dirigeante dont les opportunistes de la politique ou des notables professionnels que l’ancienneté dans leurs fonctions aurait rendu sourds à force d’avoir perdu l’usage d’entendre leurs administrés et acquis la passion de de trop s’écouter ?

Fourni par Blogger.