Le Blog des habitants de Saint Marcel-lès-Valence
et des territoires environnants

LES 3 SPECTACLES DE LA RENAISSANCE ONT FAIT LE PLEIN

Le succès du spectacle annuel de la Renaissance pour ses membres honoraires ne se dément pas: les 3 représentations de l'Harmonie et des Javeyzans ont fait le plein ce week-end. Après l'extraordinaire show de l'an passé consacré à la Révolution Française, époustouflant par ses décors, ses chœurs, sa musique et son histoire, on pouvait craindre la "retombée" de cette année. Et non! Plus classique dans sa présentation en deux étapes, c'est d'abord l'Harmonie, forte de ses 51 musiciens sous la baguette énergique du chef Laurent Lapassa, qui emmena la salle de Carmen à Brel, et de l'Exposition Universelle de 1900 à Montmartre, avec un clin d'oeil à Broadway! Aller écouter et voir l'Harmonie, c'est du plaisir assuré, avec un accord parfait entre générations, hommes et femmes, accordéon et xylophone, et tous les autres instruments. A apprécier délicatement. La deuxième étape,VOL 2037, présentée par les Javeyzans, en a surpris plus d'un.
La tragédie de Jean-Paul Alègre n'a rien à voir avec les vaudevilles. Elle plonge le spectateur dans une actualité connue: détournements ou accidents d'avion, succès des ventes d'avions européens lors des voyages présidentiels à l'étranger... C'est sur cette toile de fond que les comédiens nous font vivre les heures  particulières d'un vol New-York - Genève choisi par les responsables d'une firme aéronautique pour couler leur adversaire. La mise en scène est à la hauteur de la tragédie. L'espace est occupé par 6 lieux à voir en même temps, de la tour de contrôle au tarmac, du poste de pilotage à la cabine, astucieusement pivotants pour se présenter tour à tour au public. Mais c'est aussi le compte à rebours du temps qui imprègne le déroulement la pièce, avec le drame inéluctable, et sa  suite pour les proches, les familles, ou ceux qui, grâce à un accident de dernière minute, ont été éconduits de ce vol. On perçoit le drame, l’inévitabe, mais aussi la froide détermination de ceux qui veulent gagner la bataille économique, tout cela à travers des personnages somme toute très communs, que nous pourrions être chacun. Bravo aux Javeyzans,  à Liliane Perdriolle, Alain Sylvie et Thierry pour cette mise en scène peu ordinaire et réussie. un pari car la pièce est difficile. Toute l'équipe des acteurs a pris le texte à bras le corps. Tous les " métiers" des Javeyzans (hangars, tour de contrôle, cabine et communication) ont assuré, eux, la bonne marche du spectacle. Comme l'an passé, nous pensons que ce travail devrait intéresser d'autres responsables culturels de notre territoire. Jean-Paul Alègre, auteur de la pièce, est venu saluer les Javeyzans et l'Harmonie en fin de spectacle, se réjouissant qu'on puisse ainsi partager et vibrer ensemble, de tous âges, autour du spectacle (et non à travers un écran ), témoignant d'une démocratie vivante. A l'heure où tant de peuples se battent pour la démocratie, ces propos ont été écoutés attentivement.
LES 3 SPECTACLES DE LA RENAISSANCE ONT FAIT LE PLEIN LES 3 SPECTACLES DE LA RENAISSANCE ONT FAIT LE PLEIN Reviewed by Coubert on lundi, janvier 31, 2011 Rating: 5

2 commentaires:

Alain Panaye a dit…

Le concert que l'harmonie nous a proposé ce vendredi, était sans doute le plus abouti que nous ayons écouté depuis longtemps.
Même si certaines imperfections inévitables sans doute, ont perturbé cette appréciation d'ensemble. Lorsque les instrumentistes sont à découvert le niveau d'exigence est élevé et il est alors difficile de maîtriser le trac et l'émotion du moment. Nos petits regrets vont surtout à ces courts moments imparfaitement exécutés mais très entendus. La bonne acoustique de cette salle est un excellent outil, qui ravi les auditeurs mais rend en contrepartie la qualité de l'exécution plus exigeante. Mais revenons à ce qu'il faut retenir et qui a suscité intérêt et enthousiasme.

Le répertoire au programme était intéressant, les adaptations particulièrement réussies mettant bien en valeur les morceaux et l'orchestre.
L'Harmonie avait vendredi une homogénéité et une "couleur". Le chef d'orchestre a dû en ressentir une certaine fierté à l'écoute. Nous pouvons lui dire que cela était perceptible dans la salle.
L'ensemble fonctionnait bien. L'orchestre avait un bon équilibre entre les différents pupitres, tant du point de vue du volume sonore que de l'homogénéité dans la qualité de l'interprétation. Ce résultat est très difficile à atteindre alors bravo, c'est un signe évident de maturité.
Quelle progression depuis le concert de la Ste Cécile où nous avions entendu une partie de ce programme.
Alain PANAYE

Alain Panaye a dit…

Le "Vol 2037" de Jean-Paul Alègre a permis à la troupe des Javeysans de montrer toute sa
maturité. La mise en scène, les décors et le jeu des acteurs ont très bien servi cette pièce.
L'argument de la pièce paraît le prétexte à nous faire vivre les émotions d'un groupe de
voyageurs dans un avion promis dès les premiers instants à une destruction aussi totale
qu'inéluctable.
Les victimes expiatoires et innocentes sont celles qui sont les cibles collatérales des grandes
catastrophes qui frappent le genre humain. Alègre range le capitalisme triomphant dans
ces catastrophes. L'avion qui part de New York, la Mecque de ce capitalisme, est l'enjeu de
deux constructeurs et de la concurrence totale qu'ils se livrent pour conserver leur position
dominante. Les moyens employés pour atteindre leurs objectifs commerciaux sont ceux du
terrorisme international.
Autant dire que cette logique manichéenne portée jusqu'à l'horreur nous laisse perplexe et rend
la pièce peu crédible. Depuis des décennies le capitalisme nous a montré, que son jeu était à la
fois moins outrancier, plus subtil mais plus sournois. Cela lui apporte une respectabilité beaucoup
plus dangereuse.
La référence aux grands martyrs de cette humanité –la Pologne- nous renvoie dans notre histoire
la plus sombre. Le recours à la neutralité –la Suisse est la destination du vol-, ou à la pilule du
bonheur ne seraient que les seuls saluts?

Reste une pièce qui possède des attraits auxquels nous avons été sensibles. Nous partageons
l'émotion des victimes et sommes sensibles à la douleur de "ceux qui restent".
Vraiment bravo à cette mise en plateau vraiment "professionnelle", une mise en scène bien
adaptée et un travail d'acteurs tout à fait remarquable. Cette évolution constatée depuis
quelques années dans le choix de leur répertoire a contribué sans aucun doute à approfondir le
travail théâtral des Javeysans que nous apprécions aujourd'hui.

Alain PANAYE

Fourni par Blogger.